Apple futur Microsoft ?

Apple futur Microsoft ?

Steeve JobsLao-Tseu disait « Qui domine les autres est fort. Qui se domine est puissant. » . Je soupçonne les dirigeants d'Apple d'être des adeptes de cette maxime ou pour le moins cela expliquerait la maestria dont ils font preuve dans deux domaines : « la gestion de la rumeur » et « l'usage des technologies des autres ». Petite précision, ceci n'est pas un billet à charge contre Apple (ou Microsoft au demeurant). J'ai simplement été amusé de constater qu'après avoir été singée technologiquement par Microsoft, Apple à son tour singe commercialement Microsoft. Question en suspend : copier sur le copieur n'est-ce pas une copie de trop ?

Si on considère l'histoire récente d'Apple, je parle du début de l'ère Mac OS X à nos jours, soit environ 7 ans. On retrouve invariablement sur la plupart des annonces importantes, ces deux lignes de forces, cette dualité entre « la gestion de la rumeur » et « l'usage des logiciels open source ». C'était vrai pour le noyau XNU basé sur le micronoyau Mach et 4.4 BSD, c'était vrai pour le portage de Mac OS X sur Intel facilité par le travail effectué dans Darwin, c'était vrai pour le X11 natif de Mac OS X basé sur XFree86, c'était vrai pour Webkit basé sur KHTML de KDE … liste non exhaustive.

Le dernier exemple en date : l'intégration de ZFS (Zettabyte File System) dans Mac OS X 10.5, alias Leopard, comme système de fichier par défaut, perpétue cette tradition :

  • Ce fut une rumeur qui a parcouru les cercles des initiés pendant un an et qui a été confirmée très récemment.
  • ZFS est un système de fichier open source développé par Sun Microsystems et disponible sous licence CDDL (Common Development and Distribution License).

D'un point de vue purement financier, la stratégie « Fort à l'extérieur et encore plus fort à l'intérieur » de Lao-Tseu a fait ses preuves. Le meilleur exemple de réussite justifiée par cet aphorisme est Microsoft. Microsoft a clairement construit sa stature grâce au PC d'IBM, au DOS d'un développeur indépendant et à l'interface graphique d'Apple. Mais contrairement à ceux chez qui elle se servait, Microsoft a verrouillé ses logiciels (Microsoft Windows, Microsoft Office, Microsoft Internet Explorer …) afin que personne ne puisse les vampiriser.

Partant de là, Apple a raison de s'engager dans cette voie et ses bons résultats économiques actuels ne sont pas anodins. Au passage, le manque d'échanges bilatéraux équilibrés avec la communauté open source a des dommages collatéraux : Open-Darwin qui aurait pu être le Mac OS X open source est mort, Yellow dog Linux la distribution linux pour machine PPC se cherche des ordinateurs cibles, les développeurs de KHTML passent pour des débutants incapables d'intégrer à Konqueror les fonctionnalités de Webkit ... Et tout ça c'est bon pour le business immédiat. A long terme je suis plus sceptique.

Ma vision est la suivante, jusqu'à présent dans l'univers impitoyable des ordinateurs personnels le logiciel a toujours prévalu sur le matériel. Comprendre qu'on achète une machine principalement pour ce qu'on peut y faire (e.g. le système d'exploitation et les logiciels associés) puis pour son plastique. Si vous ajoutez à cela le fait que produire du matériel coûte plus cher et dégage moins de marges que produire du logiciel. Vous comprenez pourquoi Microsoft est plus rentable que Nvidia.

Malheureusement avec l'augmentation des débits, la vulgarisation d'Internet et l'explosion d'applications riches accessibles depuis le navigateur, les choses changent. La tentation de réduire l'ordinateur personnel à l'état de connecteur à Internet va crescendo. Cette mutation si elle s'opère va bouleverser l'équilibre matériel-logiciel. Assurément la compétition sur PC ne consistera plus à produire le meilleur système d'exploitation mais à produire le meilleur terminal Internet matériellement parlant, s'entend. Toute la concurrence logicielle étant déplacée sur Internet. Problème pour Apple : sur Internet c'est google qui est en position de force. Il y possède le principal moteur de recherche, une suite bureautique, un courriel, un logiciel de chat … Cerise sur le gâteau, google y applique déjà le principe de Lao-Tseu. La boucle est bouclée.

0 commentaire

Insérer un commentaire